Offre de stage master 2 Caractérisation des communautés ichtyologiques

Caractérisation des communautés ichtyologiques des marais côtiers des Pertuis charentais : trajectoire de patrimonialisation

Laboratoire d’accueil : LIENSs (Littoral environnement et sociétés) – UMR 7266 Université de La Rochelle – CNRS, La Rochelle, France

Partenaires du stage : Ligue de Protection des Oiseaux, Rochefort/mer et Réserve de Lilleau des Niges, Ars-en-Ré

Lieu de stage : LIENSs, bâtiment ILE (Institut du Littoral et de l’Environnement), 2 rue Olympe de Gouges, 17000 La Rochelle, France

Encadrement :
Elodie Réveillac, Enseignante-Chercheuse, Université de La Rochelle, UMR7266 LIENSs
Marie Vagner, Chargée de Recherche, CNRS Brest, UMR LEMAR 6539
Frédéric Robin, LPO France, Rochefort/mer

Contexte du stage
Ce projet s’inscrit dans une problématique plus large du projet ANR PRC PAMPAS 2019-2022 (https://pampas.recherche.univ-lr.fr/) qui vise à lever un verrou dans la compréhension du devenir des zones humides côtières et de leur gestion, en se focalisant sur l’évolution de l’identité patrimoniale des marais des Pertuis Charentais en réponse aux submersions marines. Par une approche interdisciplinaire intégrée, PAMPAS (1) caractérisera l’identité patrimoniale naturelle, paysagère et culturelle de trois types de marais aux attraits patrimoniaux et modes de gestion contrastés, (2) définira sous l’angle socio-écosystémique, leur réponse à la submersion, et (3) comparera l’impact des différents scénarios de gestion sur leur potentiel adaptatif et l’évolution de leur identité patrimoniale. Les résultats, diffusés auprès des décideurs, des usagers et du grand public, fourniront une vision globale de l’évolution physique, biologique, sociétale, et historique de trois socio-écosystèmes face à la submersion. L’identification du champ des possibles acceptables par rapport à des scénarios d’évolution de ces habitats constitue la finalité ambitieuse de PAMPAS.
Dans ce contexte, le sous-objectif du projet dans lequel s’inscrit ce stage est de participer à la caractérisation de la composante naturelle patrimoniale des marais des Pertuis charentais et de son évolution face à l’aléa submersion marine en se focalisant sur un compartiment trophique clé de la biodiversité et du fonctionnement de l’écosystème, et à l’origine de nombreux services écosystémiques (pêche, tourisme) : l’ichtyofaune des marais. Pour cela, le stage va se concentrer le marais du Fier d’Ars sur l’Ile-de-Ré. Protégé par un endiguement fort, ce marais est un haut lieu touristique aux attraits paysager et faunistique. S’y exercent des activités traditionnelles restaurées de conchyliculture et de saliculture tandis qu’une partie est classée réserve naturelle intégrale avec une gestion focalisée au profit des oiseaux marins et limicoles.

Objectifs du stage
Les objectifs de ce stage sont : (1) identifier la fonctionnalité écologique du marais littoral du Fier d’Ars pour l’ichtyofaune (description de la communauté piscicole, richesse, structure, guildes écologiques et valeurs de traits fonctionnels) (2) Examiner des changements des communautés ichtyologiques avant/après événement de submersion grâce aux données existantes (Ligue de protection des oiseaux, Réserves Naturelles Nationales, Conservatoire du Littoral) ou aux évolutions en cours. (3) Projeter les résultats dans le contexte de PAMPAS pour ensuite mieux comprendre les fonctions des marais perçues (ou non perçues) par les usagers de ces marais (habitants, touristes, professionnels, agents publics) en lien avec l’ichtyofaune et analyser leur caractère patrimonial associé (sauvegarde, transmission, identité, bienfaits).

Projet de travail du stagiaire
– Consolider et analyser les bases de données des communautés ichtyologiques existantes grâce aux outils statistiques (R)
– Participer aux terrains de printemps sur le marais (pêches et biométrie)
– Collaborer pour partie avec un autre stage de M2 positionné sur le fonctionnement trophique de la communauté aquatique des marais côtiers
– Mettre en perspectives des résultats obtenus dans le contexte du projet PAMPAS en initiant des discussions avec les collègues de sciences humaines et sociales du projet pour mettre en place les outils de confrontation entre perception des usagers et l’existant.
– Rédiger un rapport scientifique
– Préparer une communication orale de son travail pour la diplomation mais également en vue de diffuser les résultats à la communauté scientifique (a minima celle du laboratoire d’accueil) et aux partenaires du projet PAMPAS (e.g. LPO, RNF, Conservatoire du Littoral).

Qualités attendues du stagiaire
– Maîtrise des statistiques
– Maîtrise de l’outil R et de la manipulation de bases de données
– Formation en écologie, idéalement aquatique, ou en statistiques pour l’écologie
– Bonne dynamique d’ouverture et de communication (projet interdisciplinaire en partenariat avec la LPO et avec des applications en Sciences Humaines et Sociales)
– Rigueur, autonomie
– Bonnes capacités rédactionnelles en français et anglais

Candidature
Envoyer un CV, une lettre de motivation, des lettres de recommandation de vos anciens responsables de stage, et vos notes de licence 3 et master 1 à elodie.reveillac@univ-lr.fr ET marie.vagner@univ-brest.fr ET frederic.robin@lpo.fr

Date limite de candidature : 31 octobre 2019 Période du stage : 1er semestre 2020 Gratification : ~580 euros/mois

Fermer le menu